Arcachon

Arcachon est une commune du sud-ouest de la France, sous-préfecture du département de la Gironde, en région Aquitaine. Partie intégrante de l’ancienne province de Gascogne, elle s’inscrit dans le périmètre du Pays de Buch, des Landes de Gascogne et de la forêt des Landes.

Ses habitants sont appelés les Arcachonnais1.

Importante ville du bassin d’Arcachon, d’une population municipale 2012 de 11 307 habitants, au sein d’une aire urbaine de 60 143 habitants (en 2006), elle est une des principales stations balnéaires historiques de la côte atlantique française, aux côtés de Royan, Biarritz ou encore La Baule.

La cité voit le jour au XIXe siècle, alors que la vogue des bains de mer, dont on a découvert les propriétés curatives, connaît un grand développement. En quelques décennies, les dunes autrefois vierges sont loties, et en 1857, l’empereur Napoléon III érige cet ancien quartier de La Teste en commune indépendante.

De 1862 à 1865, est construite la « ville d’hiver » sous l’impulsion des frères Pereire, où une clientèle aisée en provenance de toute l’Europe vient se prémunir des ardeurs de l’hiver. Une parure monumentale aux inspirations multiples donne peu à peu son visage à la ville : casino mauresque, buffet chinois (tous deux détruits aujourd’hui) apportent une touche exotique, au milieu d’immeubles cossus et de villas balnéaires qui utilisent une large palette de styles architecturaux. Plus tard, Arcachon devient « la ville aux quatre saisons » : à la ville d’hiver viennent s’ajouter une ville de printemps, une ville d’automne et une ville d’été.

Station climatique et balnéaire, important port de pêche et de plaisance, pôle commercial, la ville est fréquentée chaque été par près de 90 000 estivants, et, hors saison certains week-ends, par près de 15 000 personnes. Elle a un taux de croissance parmi les plus élevés de la Gironde et du littoral aquitain (+ 1,2 % entre 1999 et 2007)2.

Arcachon fut également une station de ski de 1938 à 1970, la neige étant remplacée par un tapis d’aiguilles de pin. La piste de la ville d’hiver a servie au slalom, à la descente et même au saut à ski. Chaque année, à partir de 1947, se courait sur la piste d’Arcachon la dernière compétition figurant sur le calendrier officiel de la fédération française de ski au même titre que Chamonix ou Megève.

Source wikipédia

Office de tourisme d’arcachon